LA   MEDECINE   NOUVELLE   GERMANIQUE


Propos du Docteur Ryke Geerd Hamer à ce sujet :

"La MÉDECINE NOUVELLE est une science naturelle empirique. Elle repose sur la découverte empirique des quatre lois biologiques fondamentales. Celles-ci s’appliquent à chaque pathologie de l’être humain ou des mammifères, et ce, dans l’acception la plus stricte d’une science naturelle. Elle n’a besoin d’aucun dogme, d’aucune hypothèse ou de ce que l’on appelle " probabilités statistiques ".
Elle est en soi claire et logique pour chaque personne dotée d’une bonne intelligence et de bon sens, car elle oblige à considérer les principes de la logique de causalité appliqués dans les sciences naturelles.
Les concepts matérialistes, idéalistes ou métaphysiques n’ont fondamentalement aucune place ici ! Certes, il y a dans la nature beaucoup de choses qui échappent à notre compréhension et que, dès lors, nous appelons métaphysiques."...

 

..."En tant que médecins, nous avons souhaité posséder une science qui fonctionne selon les lois et les méthodes en vigueur dans les sciences naturelles. Nous avons cru littéralement qu’il nous était permis de nous considérer d’abord comme des praticiens d’une science naturelle. Cependant, la réalité s’est avérée tout autre !
De nombreuses hypothèses ont été élaborées, et nous devions y croire."... ..." Il paraissait tout à fait légitime d’aligner un très grand nombre d’hypothèses et de pouvoir " prouver " les choses les plus hardies. Souvent, ces " preuves " étaient vraisemblables. Pour ce qui est de la connaissance des lois biologiques fondamentales exactes, nous n’en avions assurément pas !"...

 

..."Précisément à l’heure actuelle, on a l’habitude de compartimenter la médecine en médecine des organes et médecine du psychisme, par exemple la psychothérapie. Il s’ensuit que le médecin peut attester qu’il n’existe aucune relation organique dans tel cas, ce qui laisse les mains libres à celui que l’on appelle le psychothérapeute pour traiter ces " pathologies purement psychiques ". Une telle scission est absurde aux yeux de celui qui pratique la MÉDECINE NOUVELLE. C’est un non-sens pour lui car on ne peut absolument pas séparer et opérer des cloisonnements en cette matière.
Psychisme, cerveau et organes sont les trois différents niveaux de notre organisme. L’évolution des faits y est synchronisée."...

..."La méthodologie utilisée dans la MÉDECINE NOUVELLE est d’une conception simple. Elle nécessite avant tout du bon sens et de l’expérience. Toutefois, le bon sens n’a plus court dans le type de médecine pratiquée aujourd’hui. Il est considéré comme " non scientifique " et vraiment pas sérieux. C’est le recours aux statistiques qui prévaut.
Nous sommes devant le problème suivant : une fois que l’on a compris cette méthodologie qui est logique, faut-il encore apprendre le travail de détective nécessaire à l’investigation psychique.
Certains le comprennent tout de suite, saisissent tout intuitivement, sans pour cela être plus stupides que des collègues qui se disent intellectuels.
Ces intellectuels ont beaucoup de difficultés par rapport à cette méthodologie, parce qu’ils n’ont pas accès à la dimension humaine du patient et n’ont aucun " charisme ". C’est pourquoi nous pouvons dire maintenant de chaque médecin qu’il doit l’être réellement de coeur et d’âme pour ses patients et qu’il n’y a rien qui puisse le rendre plus heureux que de s’imprégner de la MÉDECINE NOUVELLE et de la pratiquer de manière qualifiée. Il faut encourager les dons et charismes chez les médecins, de même que l’acquisition du bon sens, d’une bonne expérience générale toujours utile. Les spécialistes, pourtant considérés de nos jours comme les plus compétents de notre science médicale, ne peuvent y prétendre. Il n’est probablement pas exagéré de dire que celui qui veut pratiquer la MÉDECINE NOUVELLE doit en tout premier lieu être un homme sage et bon, posséder des connaissances professionnelles vastes et approfondies au sujet des trois niveaux de l’organisme et reconnaître le patient en tant que partenaire humain et compétent, qui exprime des choses importantes.

Ce qui est propre à la MÉDECINE NOUVELLE, c’est que le patient décide lui-même en maître absolu de ce qui sera fait à son corps. Le patient ne subira plus le traitement, au contraire, c’est lui qui sera acteur.
Dans la MÉDECINE NOUVELLE, la relation patient - médecin est entièrement repensée et redéfinie. Dans notre médecine actuelle, le médecin doit être de préférence un professionnel hautement spécialisé.
A l’avenir, il lui sera demandé d’être d’abord un " médecin détective ", possédant une vaste expérience générale et humaine. Pour ce faire, il doit faire preuve de charisme et de bon sens. Il doit être au moment voulu comme un ami sûr pour ses patients et mettre à leur disposition son savoir étendu. Le malade n’est plus " traité ", il se traite lui-même.
La thérapeutique du futur réduira au minimum l’administration de médicaments. Le patient apprendra à comprendre la cause de ses conflits biologiques, de ce que l’on appelle aujourd’hui les maladies. Avec son médecin, il recherchera la meilleure solution possible et le meilleur moyen d’éviter les récidives par la suite.
Dans ma compréhension des choses, ces " disciples d’Esculape " devront être modestes et sages, posséder un " coeur chaud " ainsi qu’une expérience générale de grande qualité. Je sais, pour ma part, que ce portrait n’est pas en accord avec le profil actuel du médecin qui a réussi."..


..."Le DHS (Dirk Hamer Syndrom) est devenu la découverte propre et la pierre d’angle de toute la MÉDECINE NOUVELLE. Ceci est formidable, car nous pouvons enfin comprendre réellement et prévoir. Il nous faut en pensée nous mettre carrément dans la peau de nos patients à l’instant précis du DHS et nous imaginer comment la situation tout entière a basculé dès cet instant dans leur vécu, leur ressenti. Il va de soi que nous devons également connaître les événements de leur vie personnelle, de quoi est faite leur expérience de la vie et leur vision du monde, par exemple dans les domaines religieux, sociaux, familiaux et financiers.
Dans la description de la méthodologie, je dois absolument insister sur ceci, sans quoi une pratique superficielle de la MÉDECINE NOUVELLE pourrait déboucher sur l’échec, car les personnes chargées de sa vérification refuseront d’y consacrer le temps nécessaire ou d’un simple point de vue humain, elles ne seront pas capables de recevoir valablement ce que les patients leur confieront. Tout DHS est ressenti avec une coloration émotionnelle qui nous est propre à chacun."...